Du Delta de la Neva au Delta du Nil : l’égyptologue Wladimir Golenischeff

L’égyptologue russe Wladimir Golenischeff (1856-1947)1, bien que n’ayant aucun lien à proprement parler avec l’Ephe, a permis le développement de l’enseignement de la discipline égyptologique en son sein : le centre Wladimir Golenischeff est riche d’environ 2000 volumes provenant de sa bibliothèque personnelle et conserve également ses archives dont plusieurs documents inédits qui nous permettent d’illustrer sa carrière2.

Description : Marienbad.jpg
Wl. Golenischeff, Marienbad, 1903 (© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL).

Le savant russe, décédé à 91 ans, eut une longue carrière entre la Russie, la France et l’Égypte3. Ses différentes facettes de voyageur, de collectionneur et de professeur se retrouvent dans ses archives et témoignent du solide réseau qu’il s’était constitué dans ces pays grâce à ses talents de polyglotte et à son intérêt précoce pour la langue égyptienne.

Né en 1856 à Saint-Pétersbourg dans un milieu aisé, Golenischeff débute sa carrière d’égyptologue tôt, puisqu’à 18 ans il publie deux articles dans la célèbre Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde (tome 12, 1874), démontrant ainsi son intérêt pour la langue égyptienne. Son aisance financière lui permet de voyager une soixantaine de fois en Égypte et de visiter de nombreux sites, du Delta jusqu’à Assouan, en passant par le Désert oriental4.

À l’Ephe sont conservés notamment deux petits coffrets portant l’indication : « Voyage en Égypte. 1886 ». Ils contiennent les clichés d’un voyage effectué par le savant avec probablement des membres de sa famille ou des amis, une année après sa fameuse expédition dans le Wadi Hammamat. Un petit nombre de photographies possèdent des légendes mais on identifie sans peine les Pyramides de Gizeh, la Vallée du Nil et des vues de bateau ou de tentes. Les poses sont détendues et les visages souriants, ce qui correspond davantage à un séjour touristique qu’à une mission archéologique. Golenischeff pourrait être présent sur un des clichés, sur un âne5.

Description : 18_pyramides.jpg
Pyramides de Gizeh, 1886 (© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL).
Description : 121_ane_maison.jpg
Wl. Golenischeff (?) sur un âne, 1886 (© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL).

En janvier 1889, une expédition est organisée entre Edfou et Bérénice qui donne lieu à un article publié l’année suivante6. Il voyage avec deux amis et une caravane : un certain Waringer, dont nous ne savons rien et Vladimir von Bock, alors conservateur en art du Moyen Âge et de la Renaissance à l’Hermitage7. Deux photographies au moins se rapportent à cette expédition, mais pour l’instant, il n’est pas possible d’identifier les personnes posant au milieu de ruines. La présence d’une femme (debout) sur un des clichés (voir ci-dessous) étonne car Golenischeff mentionne uniquement ses « deux amis » Waringer et de Bock dans son article de 1890…

Description : Capture d’écran 2020-04-10 à 16.43.45.pdf
Entre Edfou et Bérénice, janvier 1889 (© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL).

Ces séjours en Égypte sont l’occasion pour Golenischeff de prendre des clichés et de dessiner des relevés pour de futures publications. Il a ainsi conservé, à la suite de son séjour dans l’oasis de Kharga en 1898, des copies d’inscriptions et des relevés du temple d’Hibis, qui n’ont toutefois pas été utilisés après coup et dont certains sont conservés à l’Ephe.

Au cours de ses voyages, l’égyptologue achète des objets pour sa collection personnelle. Il les expose dans un immeuble situé rue Mokhovaya à Saint-Pétersbourg, qu’il a acheté en 1898. Les archives de l’Ephe conservent quelques images des 4 salles remplies d’objets de différentes époques8. En 1909, après la ruine d’une partie de sa famille, il doit vendre sa collection à l’État russe, qui la donne par la suite au Musée Pouchkine de Moscou. Statues, bas-reliefs, papyrus, poteries et de très beaux portraits du Fayoum…ce sont ainsi plus de 6000 objets qui y sont actuellement conservés.

Description : Musée_WG.tif
La salle III de la collection Golenischeff, avec au premier plan un sphinx d’Aménophis II. Entre 1898 et 1909 (© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL).

Après la Révolution de 1917, il décide de partager son temps entre l’Égypte et Nice, où il séjournait déjà depuis plusieurs années, tout en cherchant un poste car il avait cessé de recevoir les sommes promises à la suite de la vente de sa collection. Il travaille donc au Musée égyptien pour inventorier les papyrus hiératiques9 et, entre 1923 et 1929, enseigne en tant que Professeur de philologie égyptienne à l’Université égyptienne (maintenant Université du Caire) créée en 1908. Golenischeff et son épouse Cécile apprécient l’ambiance cosmopolite du Caire et leur maison est ouverte aux savants égyptiens et étrangers, comme le rapporte Sainte Fare Garnot10. Ses traductions de grands textes littéraires font autorité, comme celle du Conte du Naufragé en 1912, et son approche de la grammaire égyptienne correspond à celle de Gaston Maspero11 et d’Édouard Naville12 plutôt que celles de l’École de Berlin, comme en témoigne sa correspondance.

Ses talents linguistiques sont reconnus : il écrit ses articles en russe, en allemand ou en français et s’exprime parfaitement en arabe. Plus de 350 lettres conservées à l’Ephe mettent en évidence le réseau qu’il a développé grâce à ses voyages, via les échanges avec des savants russes, français, allemands, anglais, égyptiens ou suisses (une liste indicative est donnée à la fin de cet article)13.

Comme professeur d’épigraphie, Golenischeff semble avoir été apprécié de ses étudiants. En 1928, Afifa Scandar Ibrahim, une des rares femmes à assister à ses cours, lui offre ainsi une grande feuille manuscrite ornée de motifs égyptisants et de son nom en hiéroglyphes entouré d’un cartouche. Le texte, écrit dans un français lyrique, exprime sa reconnaissance pour avoir fait découvrir l’Égypte ancienne à ses étudiantes :

« Et les jeunes Egyptiennes, Mon Cher, Mon Eminent Professeur Golenischeff ne devaient-elles pas entrer dans la vie savante par l’étude de la langue de leurs lointains et grands aïeux ? ».

Afifa Scandar Ibrahim.
Description : Fig.3.tif
Dédicace manuscrite de Afifa Scandar Ibrahim à Wl. Golenischeff, 17 février 1928 (© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL).

Cette admiration est également partagée par ses collègues qui lui dédient, en 1939, le volume 39 des ASAE à l’occasion de son soixantième séjour en Égypte. À sa mort en 1956 à Nice, il est enterré, comme nombre d’aristocrates russes exilés, au Cimetière de Caucade. Wl. Golenischeff est le pionnier de l’égyptologie russe et à ce titre, a toute sa place dans l’hémicycle des prestigieux égyptologues entourant le tombeau de Mariette dans le jardin du musée du Caire : si vous levez la tête, vous reconnaîtrez son buste, entre ceux de Devéria et Rosellini !


Liste des correspondants de Wl. Golenischeff :

NomDateLangue(s)Nombre de lettres ou cartesBrouillons de réponses de WG
Andersson, Ernst1913français1 
Angell, James1927anglais1 
Badawy, Alexander?anglais1 
Balodis, Francis1914russe1 
Barocelli, Pietro1913français1 
Bissing (von), Friedrich1921allemand1 
Bisson de la Roque1939français x
Blackman, Aylward1916anglais1x
Borchardt, Ludwig?français x
Bottero, Révérend1944-1945français5x
Breasted, James1913-1923anglais5x
Bruyère, Bernard?  x
Budge, Wallis1912-1922anglais2 
Bull, Ludlow1913-1929anglais2 
Capart, Jean1918-1946français4 
Cerny, Jaroslav?  x
Chassinat, Émile1910-1912français8 
Clère, Jacques Jean?français x
Daressy, Georges1913français x
Desroches Noblecourt, Christiane1947français1x
Dévaud, Eugène1913-1923français27x
Drioton, Étienne1911français1x
Edgerton, William1926français1 
Erman, Adolphe1894-1937allemand10x
Farina, Giulio1935italien1 
Gabra, Sami1923-1929français2x
Gardiner, Alan1911-1945anglais, français13x
Gauthier, Henri1912-1923français3 
Giron, Noël1935-1938français5x
Gayet, Albert1911français1 
Grapow, Hermann1913allemand1 
Grenfell, Alice1907-1908français3 
Griffith, Francis Ll.1910-1926anglais3 
Gunn, Battiscombe1921-1935français, anglais5 
Habachi, Labib1936anglais1 
Hamada, Abdel Hadi1929français1 
Hamza, Mahmud?français1x
Hassan, Selim1923français, anglais7 
Ibscher, Hugo1911allemand2 
Jéquier, Gustave1935français1x
Jonas, Mary1923anglais1 
Kamal, Ahmed1911français1 
Kamenetzky, J. Frank1914allemand1 
Keimer, Ludwig1939français1x
Kokovtsov, Pavel Konstantivitch1904russe1 
Kruze (?)1913-1914russe4 
Lacau, Pierre1911-1922français10x
Lefèbvre, Gustave1920-1945français19x
Leibovitch, Joseph1935français2x
Macrammalah, Rizkallah1934-1938français5 
Malinine, Michel1936russe2 
Marjalin, J.W.1903-1913allemand, russe4 
Maspero, Gaston?  x
Maspero, Louise1917-1944français19 
Michalowski, Kazimierz?  x
Montet, Pierre1913-1942français4 
Moret, Alexandre1923-français1x
Müller, Max1913-1914allemand2 
Nalli, Carlo Alfonso1936français1 
Nash, George?français x
Naville, Édouard1910-1923français15 
Petrie, W. M. Flinders1913-1923anglais9 
Piankoff, Alexandre1929-1935russe3 
Posener, Georges1935-1945français, russe6 
Pridik, Alexander1910-1916russe, français12 
Ranke, Hermann1913-1914allemand2 
Reinach, Adolphe (?)1913français2 
Roeder, Günther1913-1914allemand3 
Rostovtzeff, Michael1927russe1 
Sainte Fare Garnot, Jean1935-1946français50 
Sander Hansen, Constantin1947français1 
Sayce, Archibald1918-1923anglais4 
Schiaparelli, Ernesto1919français1 
Sethe, Kurt1910-1913allemand3 
Spiegelberg, Wilhelm1912-1913allemand2 
Steindorff, Georg1913allemand3 
Stricker, Bruno1934?français2 
Struve, Vasilij?russe2 
Taha, Hussein1932français1 
Tsvetaev, Ivan1911-1912russe2 
Turaev, Boris1912russe1 
Vandier, Jacques1926-1947français17 
Vandier, Jeanne?français1 
Varille, Alexandre1935français1 
Vikentiev, Vladimir1947russe2 
Voïnov ( ?)1916russe2 
Wainwright, Gerald1919-1923anglais2 
Wahl (de), Edgar ( ?)1912russe1 
Wreszinski, Walter1912-1914allemand5 
Pour citer cet article :
Hélène Virenque, "Du Delta de la Neva au Delta du Nil : l’égyptologue Wladimir Golenischeff", Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), carnet de recherche en ligne sur https://archivescwg.hypotheses.org/90, publié le 27/04/2020, consulté le 26/10/2020.

  1. Cet article est la version mise à jour d’une conférence donnée à Moscou le 1er février 2016, à l’occasion du colloque At the dawn of Russian Egyptology. The 160th birth anniversary of Vladimir Golenisсhev, organisé au Musée Pouchkine des Beaux-Arts de Moscou. Je suis reconnaissante à Olga Vassilieva pour son aide lors de mes recherches et je remercie Christiane Zivie-Coche et Laurent Coulon, ancien et actuel directeurs du Centre de m’avoir donné la possibilité d’étudier les archives qui y sont conservées. Pour plus de détails sur cette institution, voir Chr. Zivie-Coche, « Le centre Wladimir Golenischeff », Bulletin de la Société des amis des sciences religieuses, hors-série, 2012, p. 16-26. []
  2. D’autres documents sont également conservés au Griffith Institute d’Oxford et au Musée Pouchkine de Moscou. []
  3. Pour plus de précisions sur sa biographie, voir M.L. Bierbrier, Who was who in Egyptology, Londres, 2019, 5e éd., p. 216 et J. Thompson, Wonderful things. A history of Egyptology. 2. The Golden Age : 1881-1914, Le Caire-New York, 2015, p. 184-185. Sur ses liens avec son collègue et ami Sainte Fare Garnot, cf. J. Sainte Fare Garnot, « Un témoignage sur Wladimir Golénischeff », BIFAO 58, 1959, p.159-163. Voir également Vl. Vikentiev, « Wladimir Semionovitch Golenischeff (1856-1947) », Bulletin of the Faculty of Arts, Fouad I University, 13, 1951, p. 1-9, pl. I-IV. []
  4. Ses voyages en Égypte et à travers l’Europe sont recensés dans O.D. Berlev, S.I. Hodjash, Sculpture of Ancient Egypt in the Collection of the Pushkin State Museum of Fine Arts, Moscou, 2004, p. 14-16. []
  5. Comparer avec un autre cliché publié dans Vl. Vikentiev, op.cit., pl. 3. []
  6. W. Golenischeff, « Une excursion à Bérénice », Recueil de travaux 13, 1890, p. 75-96. []
  7. M.L. Bierbrier, op. cit., p. 57. []
  8. Les clichés sont reproduits également dans O.D. Berlev, S.I, Hodjash, op. cit., p. 7-34, avec l’identification des objets exposés. []
  9. W. Golenischeff, Papyrus hiératiques. Fasc. I. Catalogue général des antiquités égyptiennes du Musée du Caire, nos 5800–58036, Le Caire, 1927. []
  10. J. Sainte Fare Garnot, op.cit, p 159-160. []
  11. Voir les lettres que le savant russe a adressé à G. Maspero, conservées à la bibliothèque de l’Institut de France. []
  12. M. Patané, « La correspondance de W. Golenischeff et de E. Naville », Varia Genevensia, 1998, p. 4-16. []
  13. La plupart des missives sont postérieures à 1911 ; une partie de sa correspondance a donc disparu ou est conservée ailleurs. Outre les lettres, des brouillons de lettres du savant lui-même sont conservées, adressées à d’autres savants tels que L. Borchardt, B. Bruyère, G. Daressy, G. Maspero, K. Michalowski et G. Nash. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.