Archives Jean Yoyotte


Dans le domaine de l’égyptologie, les travaux de Jean Yoyotte représentent une source incomparable d’informations et de réflexions. Tout en s’intéressant aux divers champs de l’égyptologie, cet historien érudit avait une prédilection particulière pour deux grands thèmes : la géographie politique et religieuse du Delta du Nil ; l’histoire égyptienne du premier millénaire av. J.-C.

 D’une grande curiosité, Jean Yoyotte s’intéressait également à l’histoire d’autres civilisations anciennes et à leurs contacts avec l’Égypte. Il suivait attentivement les recherches effectuées dans d’autres disciplines, à savoir celles des biblistes, des hellénistes et des spécialistes de l’Afrique et du Proche-Orient.

 Après une soixantaine d’années consacrées à la recherche égyptologique, avec près de trois cents contributions, Jean Yoyotte a laissé une œuvre scientifique de référence. Avec sa démarche d’historien soucieux de la réalité des sources, il menait ses recherches en se basant sur la collecte la plus large possible des données à la fois textuelles et archéologiques. Doté d’une connaissance approfondie de la documentation égyptienne, il a pu tout au long de sa carrière mettre en lumière divers aspects méconnus de l’histoire et de la religion de l’Égypte ancienne.

Jean Yoyotte à Paris, le 23/07/2002
Ph. Jean Marie Lamblard)

 Les archives de Jean Yoyotte conservées au Centre Wladimir Golenischeff (EPHE, PSL) contiennent l’ensemble des données bibliographiques et documentaires réunies pendant toute sa vie académique. Cette documentation constitue une source majeure pour les égyptologues comme en témoignent les nombreuses demandes de consultation émanant des étudiants et des chercheurs à travers le monde. Dans le but de faciliter l’accès de la communauté scientifique à cette ressource exemplaire, le Centre Golenischeff a opté en 2016, sous la direction de Laurent Coulon, pour un projet de diffusion numérique de ces archives, intitulé « Le bureau de l’égyptologue : les archives de Jean Yoyotte ».

Archives de Jean Yoyotte et projet de sa bibliothèque numérique

Après le décès de Jean Yoyotte en 2009, sa famille a légué l’ensemble de ses archives scientifiques au Centre Golenischeff. Ces archives avaient été partiellement inventoriées par Jean Yoyotte lui‑même, puis lors de leur entrée au Centre Golenischeff, elles ont été réorganisées par Christiane Zivie-Coche. Une nouvelle révision, accompagnée d’une numérotation suivie, a été effectuée en juin 2016 par Laurent Coulon et Sépideh Qahéri en vue de la numérisation du fonds.

 Les archives de Jean Yoyotte sont composées de 250 unités documentaires réparties en plusieurs ensembles : « Fiches » (de notes/lecture) classées initialement dans les simples boîtes à chaussures et « Dossiers » (de recherche/travail) rangés dans les boîtes d’archive. L’inventaire contient également un petit ensemble « Divers » composé de boîtes et de pochettes folio de grand format (majoritairement photos, dessins et cartes‑postales) qui peut être associé au groupe « Dossiers ». Ce fonds a été enrichi en 2017 par l’intégration d’un quatrième lot contenant les « Cahiers » de marché de l’art (classeurs et cahiers sur les objets vus dans le commerce ou dans des collections privées) restés jusqu’alors au Collège de France.

Aperçu des « Fiches », « Dossiers » et « Cahiers » de Jean Yoyotte
(© Ph. Sépideh Qahéri et Catherine Bouanich)

 Cette précieuse documentation témoigne parfaitement de la connaissance élargie qu’avait Jean Yoyotte des multiples aspects de la civilisation pharaonique mais aussi de ses observations et réflexions avisées nourries de divers travaux de terrain et de prospections en Égypte. L’ensemble reflète d’ailleurs le travail méthodique de ce savant en ce qui concerne le dépouillement des sources et son système judicieux du classement des notes, matériaux de travail et supports de cours fonctionnant comme des groupes interconnectés.

Exemple du lien entre les éléments « Fiches » et « Cahiers » dans les archives de Jean Yoyotte (© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL)

 Le projet de numérisation de ces archives vise la création d’un site web intégré à la Bibliothèque numérique de PSL en utilisant la plateforme d’Omeka S. Au‑delà de la simple numérisation du fonds, ce projet envisage également l’indexation égyptologique des documents, ce qui permettra l’interrogation des données selon plusieurs entrées spécifiques : lexicographie, toponymie, prosopographie, onomastique, muséographie, bibliographie et chronologie. L’indexation est basée sur un vocabulaire contrôlé en conformité avec d’autres outils numériques dans le domaine, tels la base Trismegistos pour la toponymie, la base Thot pour la chronologie et le Thesaurus Linguae Aegyptiae pour les références lexicales.

 L’opération intitulée « Le bureau de l’égyptologue », lauréate de l’appel à projet de PSL‑Explore en 2016, a pu être lancée en collaboration avec le service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives (SCDBA) de l’EPHE. La phase 1, d’une durée de neuf mois, a permis de préparer la mise en ligne d’une partie du fonds : les « Fiches ». Cet ensemble constitue le matériau de base du travail de Jean Yoyotte sur les principaux thèmes de ses recherches et de ses séminaires donnés à l’EPHE et au Collège de France. De fait, ces fiches sont en quelque sorte la « base de données personnelle » de ce savant et représentent ainsi la documentation la plus riche du fonds en termes de recherches documentaires. Répartie en 48 boîtes, elle contient plus de 75000 fiches de note, séparateurs‑titre et photographies et se rapporte à l’histoire et l’art de l’Égypte ancienne notamment aux époques tardives, la géographie religieuse et la toponymie, l’archéologie des sites du Delta et la lexicographie.

Aperçu des boîtes de « Fiches » de Jean Yoyotte
(© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL)

 Étant donné la fragilité des documents, plusieurs opérations de reclassement, de restauration et de reconditionnement ont dû être effectuées avant la numérisation. Les fiches ont fait ensuite l’objet d’un récolement précis. Un répertoire de sources a pu être établi afin de réunir les différentes rubriques de gestion et de description selon le schéma Dublin Core ainsi que les premiers éléments de métadonnées égyptologiques. Du fait de l’ampleur des opérations, l’indexation complète des documents ne pouvait être envisagée que pour une phase ultérieure. L’encodage de l’ensemble des données a été également prévu au format EAD permettant la description hiérarchisée du fond et son intégration dans Calames par le SCDBA de l’EPHE. Parallèlement au processus de récolement et d’indexation, la numérisation de la totalité des fiches a été réalisée en quatre phases successives par la société Puce & Plume. L’étape finale, toujours en cours, a consisté en la transformation CSV de l’ensemble des données et leur importation en nombre dans Omeka pour rendre possible l’exposition virtuelle des archives de Jean Yoyotte sur le portail de PSL‑Explore et la création d’un site web dédié. Prochainement mise en ligne, cette base constituera, par sa richesse documentaire et sa structure de gestion et de présentation des données, un outil scientifique public et efficace adapté aux normes archivistiques tout en assurant l’interopérabilité avec d’autres ressources numériques de référence en égyptologie. 

Aperçu de présentation des « Fiches » de Jean Yoyotte dans Omeka
(© Centre W. Golenischeff, EPHE, PSL)

Phase 2 du projet à venir : numérisation des « Dossiers » de Jean Yoyotte


Directeur du projet :
Laurent Coulon (Directeur de l’IFAO, directeur d’études à l’EPHE-PSL AOrOc UMR 8546)

Réalisation de la première phase du projet :
Sépideh Qahéri (ATER, Collège de France), avec la collaboration de Margot Georges (Archiviste, SCDBA EPHE) et Samuel Haroutunian (Chargé de recherches documentaires, SCDBA EPHE)

Collaborateurs :
Véronique Laurent (Auditrice libre, EPHE-PSL AOrOc UMR 8546), Fily Sissako (Archiviste, SCDBA EPHE), Alexis Szuster (Étudiant EPHE-PSL AOrOc UMR 8546, École du Louvre)

Établissement porteur :
EPHE-PSL


Sources pour en savoir plus sur Jean Yoyotte et son œuvre : 

Notice prosopographique de Jean Yoyotte sur l’annuaire de l’EPHE.

« Bibliographie de Jean Yoyotte »,  in Chr. Zivie-Coche, I. Guermeur (éd.), « Parcourir l’éternité », Hommages à Jean Yoyotte, BEHE SR 123, Brepols, Turnhout, 2012, vol. I, p. XIII-XXIX.


Bernand, É., « Hommage à Jean Yoyotte »,  in Chr. Zivie-Coche, I. Guermeur (éd.), « Parcourir l’éternité », Hommages à Jean Yoyotte, BEHE SR 123, Brepols, Turnhout, 2012, vol. I, p. XXXI-XXXII.

Derchain, Ph., « Paris 1950 »,  in Chr. Zivie-Coche, I. Guermeur (éd.), « Parcourir l’éternité », Hommages à Jean Yoyotte, BEHE SR 123, Brepols, Turnhout, 2012, vol. I, p. XXXIII-XXXIV.

Grimal, N., « Jean Yoyotte (1927-2009), titulaire de la chaire d’Égyptologie, 1991-1997 », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1104.

Perdu, O., « Jean Yoyotte (1927-2009) », Revue d’égyptologie 61, 2010, v-xiv.

Tardieu, M., « Préface : La liberté de l’égyptologue », in J. Yoyotte, Histoire, géographie et religion de l’Égypte ancienne. Opera Selecta (éd. I. Guermeur), OLA 224, Louvain, 2013, p. XI-XXV.

Zivie-Coche, Chr., « Historique du Centre Wladimir Golénischeff », Bulletin de la Société française des fouilles de Tanis 15, 2001, 57-71.

Zivie-Coche, Chr., « Jean Yoyotte (1927-2009) », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 117 | 2010, mis en ligne le 21 janvier 2011. URL : http://journals.openedition.org/asr/891.

Zivie-Coche, Chr., « Le Centre Wladimir Golenischeff », Bulletin de la Société des amis des sciences religieuses, Hors-série, Paris, 2012, 16-26.

Zivie-Coche, Chr., « Avant l’éternité. Jean Yoyotte (1927-2009) », in Chr. Zivie-Coche, I. Guermeur (éd.), « Parcourir l’éternité », Hommages à Jean Yoyotte, BEHE SR 123, Brepols, Turnhout, 2012, vol. I, p. XXXV-XLII.

Zivie-Coche, Chr., « Jean Yoyotte (1927-2009) », in P. Henriet (éd.), L’École Pratique des Hautes Études. Invention, érudition, innovation de 1868 à nos jours, Paris, 2018, p. 382-383.

Pour citer cet article :
Sépideh Qahéri, "Archives Jean Yoyotte", Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), carnet de recherche en ligne sur https://archivescwg.hypotheses.org/57, publié le 15/04/2020, consulté le 03/12/2020.

2 réflexions sur « Archives Jean Yoyotte »

    1. Good morning, the preparation is in progress and the archives of Jean Yoyotte will be published online probably within the next year. Thank you for your interest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.