Les « carnets d’étude » et « carnets d’inspection » du fonds Pierre Lacau

Dans le fonds Pierre Lacau sont conservés plusieurs de ses « carnets d’étude » et « carnets d’inspection »1. Ces carnets, datés de 1920 à 1934, renferment des notes et dessins très divers réalisés par Lacau lorsqu’il partait en « tournée d’inspection » en Égypte, alors qu’il était en poste comme directeur du Service des Antiquités Égyptiennes.

La plupart de ces carnets sont de petit format (11 x 17cm), probablement dans un but pratique de pouvoir les emporter facilement ou avec lui et les glisser dans une poche lors de ses visites ; quelques-uns d’entre eux sont toutefois d’un format légèrement plus grand (16 x 22cm). Très méticuleusement, Lacau en a généralement numéroté les pages et a inscrit sur le revers de la couverture un sommaire listant les sites concernés par les notes du carnet, avec les pages correspondantes. La date est parfois précisée sur les grands carnets, plus rarement sur les petits, et il faut préciser que la numérotation actuelle des carnets ne reflète en aucun cas une chronologie des visites de carnet mais résulte d’une numérotation récente, dans un but de compilation et de référencement au sein des archives. Lacau y écrit généralement au crayon à papier, dans la fine écriture difficilement lisible qui le caractérise. Les notes sont généralement des dessins architecturaux (plans des monuments visités, notamment, avec de nombreuses précisions métriques), relevés épigraphiques d’inscriptions considérées intéressantes, ou encore des réflexions personnelles de Lacau, d’ordre administratif (gestion des sites archéologiques) ou scientifique (commentaires sur les monuments).

Fig. 1. Carnet d’inspection de Pierre Lacau n°33

La « tournée d’inspection » de 1922-1923 (carnet n°9)

La majeure partie de ces carnets semble avoir été rédigée dans le contexte des « tournées d’inspection » de Pierre Lacau, dans le cadre de ses fonctions de directeur du Service des Antiquités Égyptiennes, qu’il a occupées de 1914 à 19362.

Fig. 2. Programme de la tournée d’inspection 1922-1923 de Pierre Lacau (carnet n°9)

Une fois par an, il visitait les différents sites et chantiers de fouilles dans toute l’Égypte pour s’informer des nouvelles découvertes et faire un point sur leur gestion et leur mise en valeur3. Le carnet n°9 (EPHE_CWG_LAC/ qui retrace la tournée d’inspection qui a eu lieu entre le 19 décembre 1922 et le 8 janvier 1923 permet d’appréhender la réalité matérielle de ces tournées, puisque le programme détaillé des visites et des lieux parcourus par Lacau est inscrite sur ses deux premières pages. En voici la transcription :

Inspection 1922-1923
19// départ le 19 décembre à midi ½. 
				passé la nuit près de El Ayat (El Massauda)
20// départ 6h½ 		passé la nuit  près de Fechn (El Charahna)
21/ départ 6h½ 			arrivé à 2 heures à Cheik Fadl
	premières visites des tombes aux textes araméens de 3h à 5 heures
22/			travail dans les tombes toute la journée
23/			travail dans les tombes toute la journée
24/ (décembre) le matin excursion aux tombes de Kom el Ahmar à Charounah
		départ à 2h½. passé la nuit avant Minieh à Tehneh
25/		arrivé à Minieh à 8h½. reparti à midi. arrivé à Zaouiet el Amouat4 à 1h///. reparti à 4h½ .
		passé la nuit à Karon (?) Abou Homar
26/ départ 6h½  arrivé à Cheik abadeh à 10h. reparti à 1 heure
		passé à la nuit à Koseir el Amarna
27/ départ 6h½ (brouillard) arrivée à Assiout à 2 heures. Visite tombeaux.
		/// coucher Passé la nuit à Assiout
28/ 	matin visites des tombes. départ pour le Caire à 1h15. arrivé à 8 heures.
		Le bateau continue seul jusqu’à Balianeh.
29, 30, 31	Séjour au Caire. Départ le 31 à 8 heures soir pour Balianeh.

1e Janvier 1923	arrivée à Balianeh 5h40 matin. Temple d’Abydos toute la journée.
2 Janvier ___		matin Le temple. départ à 2 heures coucher à Naga Hamadi.
3 Janvier ___		départ 10h moins le quart (à cause du mazout), puis coursier (?) à Keneh passé la nuit à Kous.
[4] Janvier _	départ 6h½ arrivée à Louxor midi. Visite Karnak. Passé la nuit Louxor.
5 Janvier .	départ 7 heures passé la nuit à Kelh elgebel (avant Edfou)
6 janvier	départ 6h½ ensablé à 7h½ reparti à        Edfou à 10 heures pour la journée au temple
			passé la nuit à Edfou
7 Janvier	départ 6h½ ensablé à Kom Ombo passé la nuit à Kom Ombo
8 Janvier	départ 6h½ arrivé à Assouan à 9 heures [… ?] la nuit à Assouan
					après midi Éléphantine

Les villes mentionnées dans ce voyage d’inspection comme points d’étape ou lieux de visites sont aisément identifiables5 et reprennent majoritairement l’orthographe utilisée dans la description du Manuel du voyageur de Karl Baedeker, et dans les cartes très complètes de la vallée du Nil de ce même ouvrage ((Ibid. L’édition utilisée dans cet article est celle de 1908, puisqu’il s’agit de la plus contemporaine à la période des carnets de Lacau.)). Plusieurs points de chute de Lacau, en particulier el-Ayat, Assiout et Balianah, sont d’ailleurs mentionnés dans ce guide de voyage comme étant des lieux préférentiels d’étape pour les touristes amenés à remonter le Nil depuis Le Caire jusqu’à Assouan6.

DatesSites visités durant la journéeLieux de repos
19/12<voyage>el-Ayat
20/12<voyage>Fechn
21/12Cheikh Fadl, tombes araméennesCheikh Fadl
22/12Cheikh Fadl, tombes araméennesCheikh Fadl
23/12Cheikh Fadl, tombes araméennesCheikh Fadl
24/12CharounahTehnah
25/12<Miniah (ravitaillement)>
Zaouiet el-Amouat
Karon (?) Abou Homar
26/12Cheikh Abadah (Antinoé)Qoseir el-Amarna
27/12AssioutAssiout
28/12AssioutLe Caire (retour)
… [Pause : Retour au Caire]… [Pause : Retour au Caire]
31/12<voyage>Balianah
01/01Temple d’AbydosBalianah
02/01Temple d’AbydosNaga Hammadi
03/01<problème de mazout>
<coursier (?) à Kenah>
Qous
04/01KarnakLouqsor
05/01<voyage>Kelh el-Gebel
06/01<ensablement>
Temple d’Edfou
Edfou
07/01<ensablement>Kom Ombo
08/01ÉléphantineAssouan
Synthèse des différents sites visités et lieux de repos durant la tournée d’inspection 1922-1923

Au vu des durées de transport décrites, Lacau voyageait certainement dans une dahabeyyah privée (bateau à voiles), moyen de transport qui était particulièrement plébiscité par les voyageurs contemporains. L’avantage dans ce contexte était probablement de pouvoir stopper le bateau à n’importe quel endroit, et pas seulement dans un port de grande ville, pour accéder facilement aux sites (parfois fermés au grand public) que Lacau devait visiter ; la dahabeyyah permettait également de posséder son propre équipage et de stocker son propre matériel sur ce bateau privé.

En revanche, ce bateau est également plus lent que les bateaux à moteur ou les trains : certaines journées sont ainsi entièrement dédiées au voyage d’un point à un autre, comme par exemple les 19 et 20 décembre (du Caire à el-Ayat puis Fechn), et le 5 janvier (de Louqsor à Kelh el-Gebel). Un autre inconvénient réside dans le risque d’ensablement, comme le relate Maspero dans son récit de voyage Ruines et paysages d’Égypte (1910) : « Le premier ensablement est rarement pour déplaire au touriste : la nouveauté de la situation et le tumulte du dégagement l’amusent presque toujours. […] Il y a des ensablements de six heures, il y en a de dix, de douze, de vingt-quatre, il y en a qui se perpétueraient des mois entiers jusqu’au retour de la crue […] »7. Le voyage de Lacau a été ainsi perturbé par deux ensablements, comme signalé dans son programme : le premier à Edfou, qui les a retardés pendant 2h30, et le deuxième à Kom Ombo, pendant une journée entière. Outre l’ensablement, un problème d’approvisionnement en mazout du bateau tractant la dahabeyyah en l’absence de vent semble également avoir impacté leur départ de Naga Hammadi au matin du 3 janvier 1923.

Lacau réalise sa tournée d’inspection lors de l’hiver 1922-1923, période tout à fait conseillée par le Manuel du voyageur pour visiter la Haute Égypte. La période est également idéale par rapport à la crue du Nil, qui atteint au début du XXe siècle son plus haut niveau aux alentours de la mi-octobre, et décroît ensuite progressivement jusqu’au mois d’avril8.

Il semblerait qu’un des enjeux de ces tournées soit de visiter les sites nouvellement découverts de manière récente, comme c’est le cas à Cheikh Fadl dans les « tombeaux aux textes araméens ». En effet, ces tombes comportant des inscriptions araméennes avaient alors été découvertes par F. Petrie tout récemment, lors de sa saison archéologique 1921-19229. Lacau viendrait donc en décembre 1922 pour constater par lui-même ces nouvelles découvertes, auxquelles il consacre trois jours entiers (21, 22 et 23 décembre), et prendre des notes personnelles à ce propos.

Tous les sites qui sont mentionnés dans le programme comme ayant fait l’objet d’une « visite » se retrouvent effectivement dans la table des matières des notes inscrites dans ce même carnet, prouvant ainsi l’implication scientifique de Lacau lors de chaque visite. Les seuls arrêts qui ne sont pas cités dans ces notes sont Miniah, Kom Ombo et les tombes d’Éléphantine à Assouan. Parmi ces trois lieux, seules les tombes d’Éléphantine sont inscrites comme visites aux programme, et il est possible qu’elles aient été annotées sur un deuxième carnet commencé lors de cette tournée d’inspection10. Kom Ombo, malgré son temple bien connu des voyageurs, semble toutefois avoir été dans ce contexte une étape inopinée due à l’ensablement de la dahabeyyah : il n’y a probablement pas eu de visite à cet endroit. Enfin, Lacau s’arrête à Miniah de 8h à 12h le 25 décembre 1922 : la longueur de cette étape laisse imaginer qu’il s’agissait d’un arrêt nécessaire au ravitaillement de l’expédition, sachant que Miniah était une des plus grandes villes de la région. Cette hypothèse est corroborée par le fait que le 25 décembre était un lundi, or le guide de Baedeker indique que le lundi était le jour du grand marché de Minieh, un jour qui était donc tout indiqué pour réaliser ce ravitaillement11.

L’intérêt des « carnets d’étude » pour les études égyptologiques

Une documentation inédite sur les sites archéologiques égyptiens dans les années 1920

Sur certains carnets, les principales avancées des fouilles archéologiques sont décrites. Un des objectifs de la rédaction de ces carnets était en effet de contribuer à la rédaction d’un rapport d’inspection édité par le Service des Antiquités à l’issue de la tournée du directeur Pierre Lacau. Dans ce but de production administrative, de nombreux plans très précis ont été élaborés manuellement par Lacau au cours de ses inspections, qu’il s’agisse de plan de sites ou de dessins architecturaux d’un monument, souvent accompagné de précisions métriques. Ils constituent ainsi une source documentaire pour retrouver et étudier des inscriptions ou monuments qui auraient pu se détériorer ou disparaître avec le temps. En particulier, cette documentation comprend des informations sur de nombreux sites de Moyenne-Égypte, de Haute-Égypte, voire des régions désertiques ou de Nubie, pour certains assez peu documentés par ailleurs.

Fig. 3. Plan de la nécropole de Charounah par Pierre Lacau (carnet n°19)

Ainsi, dans le carnet n°19 (EPHE_CWG_LAC/32), Lacau a réalisé un croquis de plan de la nécropole de Charounah, qu’il a visité le 18 janvier 1925. L’orientation nord-sud est indiquée, de même que la date de sa visite, et quelques informations topographiques : les principaux kôms sont délimités, et identifiés selon qu’ils présentent des tombes à leur sommet ou non (« tombes antiques », « pas de tombes ») ; cinq palmiers sont également localisés au centre du site pour aider à la reconnaissance, de même qu’une zone de palmeraie au nord-ouest de la nécropole. Trois endroits sont enfin plus précisément marqués : la tombe de Khoui / Pépyânkh12, dont le plan est ébauché et précisé dans les pages suivantes avec les dimensions du monument, une zone avec des tombes chrétiennes (« ici tombes chrétiennes délimitées ») et un monument ( ?) comprenant des reliefs antiques (« ici [… ?] avec reliefs ([…]) »). Enfin, Lacau précise au bas de la page « Il faut délimiter le cimetière », probablement pour penser, lors de son retour au Caire, à faire réaliser cette tâche par le Service des Antiquités dont il était directeur.

Fig. 4. Plan de la tombe de Pépyânkh / Khoui dans la nécropole de Charounah (carnet n°19)

Des photographies stéréoscopiques réalisées par Lacau lors de ses tournées d’inspection ont également été découvertes et sont conservées dans les archives de l’EPHE, permettant de compléter cette documentation pour certains sites13.

Des relevés épigraphiques et des notes témoignant de centres d’intérêt personnels

Lacau profitait également de ces visites de sites pour noter, décrire et relever ce qui lui paraissait intéressant pour ses propres recherches, d’un point de vue personnel.

Fig. 5. Relevé du linteau de la fausse-porte de Snéfroukhaf (carnet n°33)

Dans le carnet numéroté n°33 (EPHE_CWG_LAC/33), Pierre Lacau a notamment fait le relevé de quelques inscriptions vues sur des mastabas de l’Ancien Empire de Gizeh. Les pages 114 et 115 comportent ainsi le relevé du linteau de la fausse-porte de Snéfroukhaf (G 7070), fils de Nefermaât, petit-fils de Neferetkaou, et arrière-petit-fils du roi Snéfrou. Son dessin présente un texte à lire de gauche à droite, alors que les relevés et photographies postérieurs montrent que les hiéroglyphes  étaient orientés vers la droite. Le non-respect de cette orientation originelle du texte est assez étonnante pour Pierre Lacau, qui était en règle générale très attentif aux orientations des textes, comme le prouvent certains de ses travaux. Il a en revanche préservé l’organisation générale des signes et annoté certains éléments avec pertinence, notamment des erreurs grammaticales (« pas de t », « sic » pour l’inversion du r et du f dans les cartouches de Snéfrou), ou encore « femme » pour les hiéroglyphes humains inhabituels relatifs à Neferetkaou.

Certains carnets sont enfin pourvus de remarques diverses, certaines ayant notamment une portée presque « ethnographique ». Ainsi, dans le carnet n°32 (EPHE_CWG_LAC/33, p. 31), Lacau rapporte les éléments suivants :

« Un drogman14 (copte) a expliqué à M. Padova à Louxor que l’on offre toujours au prêtre la patte droite de devant des bêtes (mouton, veau, etc.) que l’on sacrifie pour une fete après une maladie etc. 
Il lui citait ce fait en lui montrant sur les bas reliefs de Louxor (dans le sanctuaire) les bœufs sacrifiés avec la patte droite coupée placée sur la tête.
Vérifier si cette coutume est générale. Il dit que les musulmans et les coptes font de même, la patte droite de devant pour le prêtre, on emporte à la maison le reste de la bête.
									16.2.19.
J’ai interrogé ce même drogman, Abou Seïf, le neveu de Vosih Bichere (celui-ci dit que c’est dans le [… ?] mais ça n’a pas de rapport…). Tous sont [… ?]. Interroger des musulmans. »

Ces « carnets d’étude » ou « carnets d’inspection » de Pierre Lacau sont ainsi une formidable opportunité pour appréhender les réflexions personnelles de cet égyptologue et ses multiples centres d’intérêt scientifiques, et permettent d’éclairer les activités du Service des Antiquités Égyptiennes à l’époque de son directorat.

Pour citer cet article :
Romane Betbeze, "Les « carnets d’étude » et « carnets d’inspection » du fonds Pierre Lacau", Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), carnet de recherche en ligne sur https://archivescwg.hypotheses.org/549, publié le 06/11/2023, consulté le 10/12/2023.

  1. Les deux appellations sont modernes. Ces carnets sont conservés sous les cotes suivantes : EPHE_CWG_LAC/32, EPHE_CWG_LAC/33, EPHE_CWG_LAC/34, EPHE_CWG_LAC/62. []
  2. Sur ce directorat, voir tout particulièrement la thèse en cours de préparation de Carole Jarsaillon, Le Service des Antiquités Égyptiennes sous la direction de Pierre Lacau (1914-1936). Enjeux diplomatiques de la gestion de l’archéologie en Égypte au début du XXe siècle, sous la direction de Laurent Coulon, École Pratique des Hautes Études. []
  3. Pour le contexte administratif de ces tournées d’inspection, voir ibid. []
  4. Actuelle Zaouiet el-Mayetin (K. Baedeker, Égypte et Soudan : manuel du voyageur, 3e éd., Paris-Leipzig, 1908, p. 204). []
  5. Hormis pour Karon (?) Abou Homar, qui n’est pas mentionnée dans le Manuel du voyageur de K. Baedeker (ibid.). []
  6. Ainsi, il est dit que les bateaux de touristes s’arrêtent généralement une nuit à el-Ayat (ibid., p. 202), une demi-journée à Assiout (ibid., p. 223-225), et qu’ils font une étape à Balianah (ibid., p. 229). []
  7. Cité dans N. Tuccelli et G. Réveillac, Le Nil en Dahabieh, 1850-1914, Paris, 2001, p. 99. []
  8. K. Baedeker, Égypte et Soudan : manuel du voyageur, 3e éd., Paris-Leipzig, 1908, p. XLVII-XLVIII. []
  9. T.L. Holm, « The Sheikh Faḍl inscription in its literary and historical context », Aramaic Studies 5 (2), 2007, p. 194. []
  10. Ce carnet n’a malheureusement pas été identifié parmi les archives de l’EPHE pour le moment. []
  11. K. Baedeker, Égypte et Soudan : manuel du voyageur, 3e éd., Paris-Leipzig, 1908, p. 206. []
  12. Tombe V 23 (W. Schenkel, Scharuna I: der Grabungsplatz, die Nekropole, Gräber aus der Alten-Reichs-Nekropole, vol. 1, Mainz, 2004, p. 188-222). []
  13. Ces photos sont conservées sous la cote suivante : EPHE_CWG_LAC/22-23. []
  14. Le drogman est défini par K. Baedeker comme une personne qui « se charge de procurer les montures (chevaux et ânes) et les bateaux, la nourriture complète et le logement en route » (K. Baedeker, Égypte et Soudan : manuel du voyageur, 3e éd., Paris-Leipzig, 1908, p. XX-XXII). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search