Jean Yoyotte

Jean Yoyotte est un égyptologue français, spécialiste de la géographie historique et religieuse de l’Égypte ancienne, qui a tout particulièrement travaillé sur la région du Delta et sur les périodes tardives.

Né à Lyon en 1927, il devient parisien au début des années 1930, sa famille déménageant dans le 5e arrondissement. Il étudie dans un premier temps au lycée Henri IV, où il partage déjà la passion de l’Égypte avec un de ses camarades, Serge Sauneron, qui deviendra directeur de l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO) en 1969.

Jean Yoyotte suit des cours d’épigraphie égyptienne dès ses 14 ans à l’École du Louvre, puis il intègre les cours de Gustave Lefebvre, Jacques Jean Clère et Georges Posener à l’École Pratique des Hautes Études. Il rencontre également très tôt dans sa scolarité Pierre Montet, alors directeur des fouilles de Tanis et professeur au collège de France, rencontre qui va marquer durablement sa trajectoire professionnelle et scientifique.

Il entre au CNRS en 1948, comme stagiaire, et poursuit ses études en histoire à l’EPHE (IVe section), où il obtient sa licence en 1952. Il part ensuite au Caire en tant que pensionnaire à l’IFAO, de 1953 à 1956, date à laquelle il doit rentrer prématurément en France à cause des événements politiques en Égypte. En effet, suite à la crise du canal de Suez, les autorités égyptiennes décident de renvoyer tous les fonctionnaires étrangers dans leur pays respectif, y compris les personnalités scientifiques de l’IFAO. Lors de son séjour en Égypte, Jean Yoyotte participe aux fouilles de Deir el-Médineh, et, surtout, parcourt le Delta pour acquérir une vaste connaissance de ces sites du nord de l’Égypte quelque peu délaissés par les égyptologues.

A son retour en France, il est nommé directeur d’études à la chaire « Religion de l’Égypte ancienne » de l’EPHE, en 1964, à la suite de Jean Sainte-Fare Garnot. A partir de cette période, ses recherches seront en grande partie orientées vers la géographie religieuse du Delta, notamment dans les cours qu’il donne à l’EPHE. En 1965, il prend également la tête de la mission des fouilles archéologiques de Tanis, à la place de Pierre Montet, et ce jusqu’en 1985. C’est à cette époque que les activités du centre Wladimir Golenischeff, tout nouvellement créé, sont pleinement développées. Ainsi, Jean Yoyotte organise notamment le classement des archives de Wladimir Golenischeff qui viennent d’y être déposées, ainsi que celles de Pierre Lacau. Il fait de même lorsque, à la mort de Pierre Montet en 1966, les archives des fouilles de Tanis sont confiées à l’EPHE.

Portrait de Jean Yoyotte
(Source : N. Grimal, « Jean Yoyotte (1927-2009), titulaire de la chaire d’Égyptologie, 1991-1997 », La lettre du Collège de France 28, 2010 [en ligne].)

En 1991, il est nommé professeur au Collège de France. Il se concentre alors sur les relations entre l’Égypte et les peuples voisins pendant la période tardive, en particulier sur les liens entre le monde pharaonique et la civilisation grecque. Jean Yoyotte prend sa retraite en 1997 ; il décède en juillet 2009.

Il est alors décidé, en accord avec sa famille, que tous ses dossiers de travail et archives scientifiques soient regroupés au centre Wladimir Golenischeff de l’EPHE. Un vaste fonds d’archives a donc été déposé, constitué principalement de fiches et de notes de recherches sur des thématiques et des périodes extrêmement variées, parmi lesquelles on peut distinguer cinq ensembles principaux :

  • « Histoire, religion, géographie et archéologie de l’Égypte ancienne » (EPHE_CWG_5YOY/1 à 160) : recherches autour de la géographie du Delta, des processions géographiques, du site archéologique de Tanis, etc.
  • « Égypte et Étranger » : rapports entre le monde pharaonique et les peuples étrangers (phéniciens, juifs, araméens, perses et grecs) (EPHE_CWG_5YOY/161 à 177).
  • « Publications spécifiques » : activités scientifiques de diffusion et publications autres (EPHE_CWG_5YOY/178 à 185).
  • « L’égyptologue dans son temps » : participations à des colloques interdisciplinaires et correspondance avec d’autres personnalités scientifiques (EPHE_CWG_5YOY/186 à 196).
  • Notes et documents de travail (EPHE_CWG_5YOY/197 à 202) ; fichiers thématiques (EPHE_CWG_5YOY/203 à 249).

Pour plus de détails…

Pour l’inventaire en ligne du fonds Jean Yoyotte : Notice « Fonds Jean Yoyotte » sur FranceArchives.

Sur les actualités du fonds Jean Yoyotte, voir l’article de Sépideh Qahéri.


Sources

Fissolo, J.-L., Inventaire des archives du Centre Wladimir Golénischeff, 2012.

Grimal, N., « Jean Yoyotte (1927-2009), titulaire de la chaire d’Égyptologie, 1991-1997 », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1104.

Zivie-Coche, Chr., avec la collaboration de L. Coulon et S. Qahéri, État des archives Jean Yoyotte déposées au centre Wladimir Golenischeff, après un premier rangement et une identification sommaire, 2016.

Zivie-Coche, Chr., « Jean Yoyotte (1927-2009) », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 117 | 2010, mis en ligne le 21 janvier 2011. URL : http://journals.openedition.org/asr/891.

Notice prosopographique de Jean Yoyotte sur l’annuaire de l’EPHE.

Pour citer cet article :
Romane Betbeze, "Jean Yoyotte", Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), carnet de recherche en ligne sur https://archivescwg.hypotheses.org/205, publié le 07/04/2022, consulté le 30/06/2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.