Le « flambeau sacré » ou le plaidoyer d’une Égyptienne pour l’éducation des femmes

Détail du cadre du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff.

Parmi les pièces d’archive conservées par le Centre Wladimir Golenischeff se trouve un document atypique et particulièrement intéressant pour l’histoire de l’égyptologie. Il s’agit d’un « diplôme » manuscrit, rédigé en l’honneur du professeur Golenischeff par l’une de ses étudiantes, Afifa Scandar Ibrahim. Il est daté du 17 février 1928, époque durant laquelle Wl. Golenischeff enseigne à l’université égyptienne (maintenant université du Caire)1.

Présentation du document

Document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff.
Fig. 1 : Document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff. (EPHE_CWG_GOL)

Le document se présente sous la forme d’une grande feuille de papier à dessin épais mesurant 590 mm par 476 mm. En bon état de conservation général2, il est resté roulé un certain temps, comme le montre le jaunissement du papier sur la bande droite du revers, avant d’être placé sous verre dans sa situation actuelle. Le verso est vierge, à l’exception de quelques taches et de la mention « Une lettre à W Golénischeff (1928) », portée par une main inconnue au crayon à papier dans l’angle inférieur droit, parallèlement au bord droit, de façon à être lisible une fois le document roulé.

Inscription au verso du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff.
Fig. 2 : Inscription au verso du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff. (EPHE_CWG_GOL)

Le recto se compose d’un long texte entouré d’un cadre égyptisant dessiné au trait noir et rehaussé de vert. Formant les deux angles supérieurs du cadre, deux vautours aux ailes déployées tiennent dans leurs serres une sorte de croix ansée, sur fond de palme végétale – probablement de laurier. Ils viennent encadrer, dans la partie centrale du bord supérieur, un ovale évocateur des cartouches pharaoniques qui contient une inscription hiéroglyphique tracée au crayon de papier. On y lit le texte suivant :

Détail du cadre du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff.
Fig. 3 : Détail du cadre du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff. (EPHE_CWG_GOL)

sš jqr g-l-n-y-š-f rnpt 1928, « le scribe excellent Golenischeff, l’an 1928 ».

Les parties inférieures du cadre sont constituées de colonnettes végétales sur les côtés gauche et droit, sous les ailes des vautours, et d’un ruban ondulant placé dans un cadre pour le bord inférieur.

Le tout est tracé avec beaucoup de soin et d’une main précise et assurée, à l’encre sur un premier tracé préparatoire au crayon, encore visible par endroits. Une marge assez large (environ 5 cm) a été ménagée tout autour du cadre afin de garantir la préservation du texte, comme sur les papyrus égyptiens.

Le texte inscrit à l’intérieur du cadre a lui aussi été disposé avec soin. Il occupe l’intégralité de l’espace ainsi dégagé. La première ligne, qui contient l’adresse au destinataire, est centrée et bien mise en évidence d’une part par sa position entre les deux arcs de cercle formés par les décors de palmes entre les ailes des vautours, d’autre part par sa calligraphie soignée, en caractères gras, entre deux fleurons.

Dans la partie inférieure, la signature et la date occupent approximativement le même espace que celui utilisé pour la première ligne, ce qui aère l’ensemble et contribue à l’effet de symétrie du document, quand bien même elles sont disposées dans la partie droite du cadre.

Entre ces deux éléments est inscrit un texte dense, pour lequel aucune marge n’a été dégagée, et disposé en six paragraphes dont les retraits de première ligne sont de taille variable. L’écriture, liée et inclinée, est régulière ; des lignes ont été tracées au crayon à papier pour aider la rédaction, puis soigneusement effacées.

Le contenu du texte

L’orthographe d’origine a été reproduite dans cette transcription.

š Mon cher Professeur Monsieur W.Golénischeff ›

N’est-ce pas un signe des temps et une preuve du développement intellectuel de notre patrie qu’une voix féminine puisse s’élever au milieu d’une société savante pour remercier et louer ses maîtres ?

            Le réveil de la vieille Egypte pouvait-il se marquer de manière plus frappante que par l’accueil bienveillant fait dans les universités à cette femme éternellement voilée et qu’une tradition plus forte que la loi tenait éloigné du monde érudit et de ses préoccupations intellectuelles ? Quand vous nous avez admises parmi vous Excellence et Messieurs, parmi les meilleurs, vous avez par là-même décrété qu’il n’y avait plus au pays des Pharaons de voile pour la femme que sur le visage ; vous avez libéré l’esprit, et peut-être en faisant celà avez-vous préparé l’ascension plus rapide et plus certaine de futures générations egyptiennes. Vous avez compris et exprimé de manière frappante que notre rôle dans la société de demain devrait être celui des premières éducatrices des hommes, puisque nous en serons les mères. Vous nous avez fait confiance !

            Soyez assurés, Excellence et Messieurs, que nous nous efforcerons de mériter votre confiance et de nous rendre dignes de la place que vous avez bien voulu nous donner.

            Nous voudrions qu’il puisse être dit à nos sœurs d’Europe que le ridicule des “Femmes Savantes” est mort en Egypte comme chez elles. Et les jeunes Egyptiennes, Mon Cher, Mon Eminent Professeur Golénischeff ne devaient-elles pas entrer dans la vie savante par l’étude de la langue de leurs lointains et grands aïeux ?

            N’est-ce pas en pénétrant dans cette science égyptologique qui est la Vôtre, ô notre maître vénéré, qu’elles se prépareraient le mieux à être les mères de la grande Egypte de demain ?

            Elles rendaient en faisant cet effort, hommage au glorieux passé de la patrie, qu’elles apprenaient à mieux connaître et recevaient de vos mains le flambeau sacré pour le transmettre pieusement à d’autres mains d’Egypte.

                                               Votre élève respectueuse

                                                                       Mademoiselle

                                                                                              Afifa Scandar Ibrahim

                                                                                                                      17.II.28

Nota : dans le 2e paragraphe, ligne 3, « Monsieur » a été corrigé en « Messieurs ».

Le contexte

Lorsque ce document est rédigé, en 1928, l’université du Caire, récemment devenue université d’état3, dispense depuis 1924 un cours d’épigraphie égyptienne ancienne et d’archéologie sur quatre ans sous les auspices de plusieurs professeurs dont Wl. Golenischeff4, formation qui permet d’obtenir une « licence des lettres, section égyptologie »5. Lors de la première année, dix-sept étudiants bacheliers ainsi que dix auditeurs libres de diverses nationalités assistent au cours, parmi lesquels Ahmad Fakhri et Labib Habachi6. Afifa Scandar Ibrahim, l’auteure du document ici présenté, fait également partie de cette promotion. Les archives de l’université du Caire conservent d’ailleurs un document dans lequel Wl. Golenischeff loue la qualité d’un de ses examens de langue égyptienne ancienne7.

L’auteure

Mademoiselle Afifa Scandar Ibrahim, ainsi qu’elle signe ce document, ou عفيفة اسكندر ابرهيم en arabe, figurait parmi les rares femmes suivant les cours de l’université du Caire8, et la seule de la section égyptologique lors de sa création en 1924. Toutefois, si elle a été autorisée exceptionnellement à assister aux cours, elle n’a pu être inscrite officiellement ni obtenir de diplôme9.

En-dehors de ce document de sa main, fort peu de choses sont connues à son sujet. Elle était probablement issue de l’élite arabe au Caire et son texte témoigne à la fois d’une éducation soignée, d’une culture classique tournée vers l’Occident – l’utilisation d’un français parfait, mais surtout la référence à Molière et aux Femmes savantes l’illustrent bien – et d’une conscience politique et nationaliste, mettant l’éducation des femmes au cœur du renouveau de la nation égyptienne10.

Elle semble, par la tournure du texte, s’inclure dans l’appel aux « jeunes Egyptiennes » dont elle se fait la porte-parole, ce qui incite plutôt à voir en elle une Égyptienne qu’une « Syrian Christian » comme  D.M. Reid en faisait l’hypothèse11. Son patronyme, Scandar (Iskander) dérive en outre directement du nom du conquérant Alexandre et n’est porté, en Égypte, que dans la communauté copte, à laquelle elle appartenait donc vraisemblablement12.

La langue du document

Le « diplôme » offert au savant russe Wl. Golenischeff par son étudiante arabe est écrit en français, signe certes du multiculturalisme de la capitale égyptienne et plus largement des élites européennes et méditerranéennes, mais aussi de la situation politique et de l’histoire récente du pays. En effet, malgré la création récente, en 1922, d’un royaume d’Égypte a priori indépendant sous l’égide d’un souverain égyptien, Fouad Ier, Français et Britanniques continuaient à exercer une forte influence, tant sur l’archéologie que sur l’économie.

Les cours de l’université du Caire étaient alors majoritairement dispensés en langues étrangères et, pour le cursus d’égyptologie, les mémoires de recherche devaient être rédigés en français ou en anglais13.

Le décor

Sous une apparence a priori assez banale, le cadre qui entoure le document et lui donne cet aspect de « diplôme » reflète un symbolisme recherché – inspiré à la fois de motifs occidentaux, dans sa partie inférieure surtout, et de motifs issus de l’Égypte ancienne – qui fait également écho au contenu du texte lui-même.

Ainsi, les vautours qui forment la partie supérieure du cadre sont des oiseaux que l’on trouve fréquemment à cette position dans les scènes égyptiennes, au-dessus du pharaon. Ils représentent alors la déesse Nekhbet, protectrice de la Haute-Égypte. Cependant, dans la langue égyptienne ancienne, le vautour sert aussi à écrire le mot mwt, « mère » – l’une des qualités de la femme égyptienne mises en avant par Afifa Scandar Ibrahim dans son plaidoyer pour l’éducation féminine : « N’est-ce pas en pénétrant dans cette science égyptologique qui est la Vôtre, ô notre maître vénéré, qu’elles se prépareraient le mieux à être les mères de la grande Egypte de demain ? »

Détail du cadre du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff.
Fig. 4 : Détail du cadre du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff. (EPHE_CWG_GOL)

Ces mêmes vautours tiennent en outre entre leurs serres une croix ansée d’une forme particulière, pourvue d’un « cou » assez long entre la branche horizontale et la partie circulaire. Si elle peut évoquer le signe ânkh des anciens Égyptiens ou les premières croix coptes, elle ne manque pas aussi de faire penser au signe ♀, symbole du féminin14. Ce faisant, le vautour représenterait la mère et la protectrice des hommes comme des femmes appelés à former la nouvelle Égypte.

Montage : 1) détail du cadre du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff. 2) symbole du genre féminin. 3) Croix copte sur tissu. 4) Croix copte en bas-relief. 5) Croix ânkh égyptienne en faïence.
Fig. 5 : Montage pour comparaison : 1) détail du cadre du document écrit par Afifa Scandar Ibrahim pour Wl. Golenischeff. 2) symbole du genre féminin. 3) Croix copte sur tissu. 4) Croix copte en bas-relief. 5) Croix ânkh égyptienne en faïence. (montage M. Claude).

L’Égypte elle-même est d’ailleurs considérée comme une femme dans l’imaginaire égyptien de l’époque, comme l’illustre par exemple la statue Nahdat Misr du sculpteur Mahmoud Mokhtar, créée en 1919 et qui sera placée dans une forme monumentale en mai 1928 sur la place Ramsès au Caire15.

Statue Nahdat Misr de Mahmoud Mokhtar.
Fig. 6 : Statue Nahdat Misr de Mahmoud Mokhtar. (photo Magnus Manske, wikimedia commons).

Quant au choix de la couleur verte, il évoque peut-être celle du drapeau du jeune Royaume d’Égypte (1922-1953).

La date et les circonstances de la remise du document

Tel qu’il est conservé dans les archives de l’EPHE, ce document est dépourvu de tout contexte plus précis sur les circonstances de sa création. Si l’auteure et la date ainsi que son contenu permettent de le situer dans l’histoire de l’égyptologie comme dans l’histoire égyptienne du XXe siècle, un article de presse paru en 1928 dans une revue arabe vient éclairer l’occasion de son décernement16. Dans son numéro d’avril 1928, la revue mensuelle Al-Muqtataf17 consacre quelques paragraphes à un dîner donné en l’honneur de Wl. Golenischeff par ses étudiants de 4e année le 17 février de la même année, c’est-à-dire à la date présente sur le « diplôme » d’Afifa Scandar Ibrahim.

En 1928, les élèves de 4e année seraient donc la première promotion d’étudiants à terminer le cursus d’archéologie de l’université du Caire et il n’est sans doute pas anodin que ce soit justement cette première génération d’étudiants qui soit à l’origine de l’organisation de ce dîner et que celui-ci ait revêtu une telle importance – au point de faire l’objet d’un article de presse18.

Les festivités visaient à remercier le professeur au terme de ces années d’enseignement ainsi qu’à célébrer son 72e anniversaire (Wl. Golenischeff est né le 29 janvier 1856). Toujours selon l’article d’Al-Muqtataf, parmi les invités se trouvaient le directeur de l’université, son secrétaire général, plusieurs autres professeurs et leurs épouses ainsi que quelques archéologues et gens de lettres. Le repas, accompagné de musique, fut émaillé de scénettes et discours donnés par les étudiants, et notamment par Afifa Scandar Ibrahim. L’article retranscrit la teneur de ses propos : remerciant le directeur de l’université de lui avoir permis d’assister au cours d’archéologie, elle a plaidé la cause des femmes égyptiennes et l’importance pour elles de pouvoir apprendre l’histoire de leur pays afin de construire le futur de l’Égypte. Ces mots sont très proches de ceux inscrits sur le document des archives Golénischeff, qu’elle a dû remettre au savant à cette occasion et qui lui a sans doute servi d’entrée en matière pour son discours, quoique l’article n’en fasse pas mention.

En somme, ce « diplôme » offert à Wl. Golenischeff par une de ses étudiantes n’est pas tant un hommage au maître – en-dehors de la dédicace en hiéroglyphes et du remerciement pour son enseignement – qu’un prétexte parfait pour plaider la cause des femmes égyptiennes dans une circonstance – un dîner – réunissant de nombreuses personnes influentes de la société civile comme de l’université du Caire et donc susceptibles de favoriser le mouvement d’émancipation par l’éducation.

Comme celui de la fellaha du premier projet d’Auguste Bartholdi, en 1867 et 1869, pour une statue censée se dresser en tant que phare à l’entrée du canal de Suez – et qui deviendra en 1886 la fameuse Statue de la Liberté de New York –, le « flambeau sacré » porté par Afifa Scandar Ibrahim à ses consœurs égyptiennes continue de briller, près d’un siècle plus tard, grâce à la connaissance et à la conscience historique.

Projet d'A. Bartoldi pour une statue à l'entrée du port de Suez. Aquarelle, 1869. Musée Bartholdi de Colmar.
Fig. 7 : Projet d’A. Bartoldi pour une statue à l’entrée du port de Suez. Aquarelle, 1869. Musée Bartholdi de Colmar. (photo de Siren-com, wikimedia commons).

Remerciements :

Ce billet doit beaucoup à l’aide précieuse et aux remarques pertinentes de Mounir Habachy, Hannah Sonbol, Marta Valerio et Hélène Virenque. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés !


Pour citer cet article :
Marion Claude, "Le « flambeau sacré » ou le plaidoyer d’une Égyptienne pour l’éducation des femmes", Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), carnet de recherche en ligne sur https://archivescwg.hypotheses.org/174, publié le 08/03/2021, consulté le 24/09/2021.

Bibliographie sélective :

Hilal A., « Les premiers égyptologues égyptiens et la réforme », dans A. Roussillon (éd.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, CEDEJ – Égypte/Soudan, 1995. Disponible en ligne : https://books.openedition.org/cedej/1424 [consulté le 09/12/2020].

Kamil J., Labib Habachi. The Life and Legacy of an Egyptologist, Le Caire, 2007.

Reid D.M., Cairo University and the making of modern Egypt, Cambridge, 1990.

Reid D.M., Contesting Antiquity in Egypt: Archaeologies, Museums and the Struggle for Identities from World War I to Nasser, Le Caire, 2015.

Resta R.G., « The crane’s foot: the rise of the pedigree in human genetics », Journal of Genetic Counseling 2(4), 1993, p. 235-260.

Sadda H. al-, « Le discours arabe sur l’émancipation féminine au 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2004/2 (no 82), p. 81-89. Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2004-2-page-81.htm [consulté le 09/12/2020].

Schott G.D., « Sex symbols ancient and modern: their origins and iconography on the pedigree. », British Medical Journal (Clinical research ed.) 331(7531), 2005, p. 1509-1510.

Stearn W.T., « The origin of the male and female symbols of biology », Taxon XI/4, May 1962, p. 109-113.

Virenque H., « Du Delta de la Neva au Delta du Nil : l’égyptologue Wladimir Golenischeff », Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), carnet de recherche en ligne sur https://archivescwg.hypotheses.org/90, publié le 27/04/2020 [consulté le 15/02/2021].

Al-Muqtataf, avril 1928, p. 440-444. Disponible en ligne sur : https://digitale-sammlungen.ulb.uni-bonn.de/ulbbnioa/periodical/pageview/5512374 [consulté le 09/12/2020].

  1. Voir H. Virenque, « Du Delta de la Neva au Delta du Nil : l’égyptologue Wladimir Golenischeff », Archives du Centre Wladimir Golenischeff (EPHE), carnet de recherche en ligne sur https://archivescwg.hypotheses.org/90, publié le 27/04/2020 [consulté le 15/02/2021]. []
  2. Hormis une petite déchirure perpendiculaire au bord droit qui a été consolidée au verso par du scotch. []
  3. Sur les débuts de l’université du Caire, d’abord université privée puis université d’état, voir D.M. Reid, Cairo University and the making of modern Egypt, Cambridge, 1990, p. 71-86. []
  4. J. Kamil, Labib Habachi. The Life and Legacy of an Egyptologist, Le Caire, 2007, p. 60-61, rapporte les souvenirs de Labib Habachi, l’un des premiers étudiants de l’université, sur ces professeurs. Voir aussi D.M. Reid, Contesting Antiquity in Egypt: Archaeologies, Museums and the Struggle for Identities from World War I to Nasser, Le Caire, 2015, p. 117-121 ; A. Hilal, « Les premiers égyptologues égyptiens et la réforme », dans A. Roussillon (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, 1995, p. 337-350, disponible sur https://books.openedition.org/cedej/1424 [consulté le 15/02/2021]. []
  5. Sur ce cursus et les autres cours dispensés, voir A. Hilal, « Les premiers égyptologues égyptiens et la réforme », dans A. Roussillon (éd.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, 1995, section « La renaissance de l’école », disponible sur https://books.openedition.org/cedej/1424 [consulté le 15/02/2021]. []
  6. J. Kamil, Labib Habachi. The Life and Legacy of an Egyptologist, Le Caire, 2007, p. 177. []
  7. Cairo University Archives, B16/ F483, Exam Results, May 20, 1924, cité par D.M. Reid, Cairo University and the making of modern Egypt, Cambridge, 1990, p. 56, n. 29. []
  8. Sur la présence des femmes à l’Université du Caire, voir D.M. Reid, Cairo University and the making of modern Egypt, Cambridge, 1990, p. 103-114. []
  9. D.M. Reid, Contesting Antiquity in Egypt: Archaeologies, Museums and the Struggle for Identities from World War I to Nasser, Le Caire, 2015, p. 121 et n. 50. []
  10. Sur les idées relatives à l’éducation des femmes dans le monde arabe au début du XXe siècle, voir H. al-Sadda, « Le discours arabe sur l’émancipation féminine au 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2004/2 (no 82), p. 81-89. Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2004-2-page-81.htm [consulté le 09/12/2020]. []
  11. D.M. Reid, Cairo University and the making of modern Egypt, Cambridge, 1990, p. 56 []
  12. Je remercie Mounir Habachy pour cette précision onomastique. []
  13. Voir A. Hilal, « Les premiers égyptologues égyptiens et la réforme », dans A. Roussillon (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, 1995, section « La renaissance de l’école », disponible sur https://books.openedition.org/cedej/1424 [consulté le 15/02/2021]. D.M. Reid, Contesting Antiquity in Egypt: Archaeologies, Museums and the Struggle for Identities from World War I to Nasser, Le Caire, 2015, p. 118. []
  14. Je remercie Marta Valerio pour cette suggestion. Sur l’usage de ce symbole au début du XXe siècle, voir W.T. Stearn, « The origin of the male and female symbols of biology », Taxon XI/4, May 1962, p. 109-113 ; G.D. Schott, « Sex symbols ancient and modern: their origins and iconography on the pedigree. », British Medical Journal (Clinical research ed.) 331(7531), 2005, p. 1509-1510 ; R.G. Resta, « The crane’s foot: the rise of the pedigree in human genetics », Journal of Genetic Counseling 2(4), 1993, p. 235-260. Plusieurs symboles, dérivés d’abréviations des noms de planètes en grec ancien, ont été utilisés par les alchimistes et les chimistes pour désigner des métaux ; certains d’entre eux, notamment ♀ (Vénus, cuivre) et ♂ (Mars, fer), ont été ensuite repris par C. de Linné au 18e siècle dans le domaine de la biologie pour différencier les individus mâle et femelle. À sa suite, de nombreux traités de botanique et de zoologie adoptèrent ce système, qui fut aussi largement utilisé jusqu’au 20e siècle en biologie et génétique humaine. À quel point cette association des symboles ♀ et ♂ au féminin et au masculin était bien connu en Égypte au début du 20e siècle, jusqu’à être utilisé ici par Afifa Scandar Ibrahim, demanderait toutefois des recherches plus approfondies. []
  15. Je remercie Hannah Sonbol de m’avoir fait connaître ce monument. []
  16. Je remercie Mounir Habachy pour son aide précieuse dans l’identification et la lecture de cet article. []
  17. Al-Muqtataf, avril 1928, p. 443. Disponible en ligne sur : https://digitale-sammlungen.ulb.uni-bonn.de/ulbbnioa/periodical/pageview/5512374 [consulté le 09/12/2020]. []
  18. Ils ne sont toutefois pas les premiers étudiants égyptiens à être formés en égyptologie. Sur l’histoire chaotique des premières écoles d’égyptologie en Égypte, voir A. Hilal, « Les premiers égyptologues égyptiens et la réforme », dans A. Roussillon (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, 1995, disponible sur https://books.openedition.org/cedej/1424 [consulté le 15/02/2021]. []

Auteur/autrice : Marion Claude

Docteure en égyptologie, A.T.E.R. - section des Sciences Religieuses, École Pratique des Hautes Études, UMR 8546 AOrOc (CNRS, EPHE, ENS, PSL).

2 réflexions sur « Le « flambeau sacré » ou le plaidoyer d’une Égyptienne pour l’éducation des femmes »

  1. Un análisis muy interesante! Suelo seguir atentamente los artículos redactados por la Dra. Claude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.