Alphonse Dain

Alphonse Dain est un helléniste français, spécialisé dans la philologie et la paléographie. Né le 3 avril 1896 à Chavignon (Aisne), il fait ses études secondaires au petit séminaire de Chauny puis au grand séminaire de Soissons. Mobilisé lors de la Première Guerre mondiale, il suit les cours d’élève-officier et est affecté comme sous-lieutenant à un régiment d’infanterie avant de rejoindre l’aviation. Il est cité à l’ordre de l’Armée pour sa bravoure (J.O. du 5 décembre 1918) et reçoit la croix de guerre avec palme.

En 1919, après la guerre, il reprend ses études en licence ès Lettres à l’Institut catholique de Paris et à la Sorbonne. C’est également à partir des années 1920 qu’il commence à suivre des cours à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) et à l’École du Louvre (1922-1924). En 1926, il passe l’agrégation et, en 1946, soutient sa thèse de doctorat sur l’histoire du texte d’Eline le Tacticien.

Continuer la lecture de « Alphonse Dain »

Du Delta de la Neva au Delta du Nil : l’égyptologue Wladimir Golenischeff

L’égyptologue russe Wladimir Golenischeff (1856-1947)1, bien que n’ayant aucun lien à proprement parler avec l’Ephe, a permis le développement de l’enseignement de la discipline égyptologique en son sein : le centre Wladimir Golenischeff est riche d’environ 2000 volumes provenant de sa bibliothèque personnelle et conserve également ses archives dont plusieurs documents inédits qui nous permettent d’illustrer sa carrière2.

Continuer la lecture de « Du Delta de la Neva au Delta du Nil : l’égyptologue Wladimir Golenischeff »
  1. Cet article est la version mise à jour d’une conférence donnée à Moscou le 1er février 2016, à l’occasion du colloque At the dawn of Russian Egyptology. The 160th birth anniversary of Vladimir Golenisсhev, organisé au Musée Pouchkine des Beaux-Arts de Moscou. Je suis reconnaissante à Olga Vassilieva pour son aide lors de mes recherches et je remercie Christiane Zivie-Coche et Laurent Coulon, ancien et actuel directeurs du Centre de m’avoir donné la possibilité d’étudier les archives qui y sont conservées. Pour plus de détails sur cette institution, voir Chr. Zivie-Coche, « Le centre Wladimir Golenischeff », Bulletin de la Société des amis des sciences religieuses, hors-série, 2012, p. 16-26. []
  2. D’autres documents sont également conservés au Griffith Institute d’Oxford et au Musée Pouchkine de Moscou. []